D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé les livres. L’objet déjà me plaît beaucoup. J’aime flâner dans les rayons, regarder les couvertures, prendre un livre dans ma main, lire la 4ème de couverture, ouvrir le livre et sentir l’odeur du papier et de l’encre (oui je sais, ça fait un peu junkie, j’assume !). J’aime tourner les pages et plonger dans la table des matières. C’est pour moi comme si je parcourais le menu d’un bon restaurant, prémisses d’une dégustation des mots et des images, le début d’un voyage intérieur riche et prometteur.

J’ai une confidence à vous faire, j’ai une vraie marotte : j’aime les livres qui apportent un plus dans la vie de chacun. Mettre à la portée du lecteur des connaissances rassemblées, organisées, structurées, et documentées. Je lis par plaisir pour me divertir,  pour approfondir un sujet personnel ou professionnel, ou pour trouver de nouvelles pistes d’inspiration pour mes coachings et mes formations.

Dans ma bibliothèque – tellement fournie que mon mari a d’abord cru que j’ouvrais une succursale de la Fnac dans notre appartement (c’est ça de vivre avec une littéraire mon chéri, tu ne peux pas lutter les livres et moi c’est une histoire d’amour depuis toujours) – il y a des livres en français et en anglais, des romans, des ouvrages « professionnels », et des ouvrages de « vulgarisation ». J’aime les ouvrages de vulgarisation car ils permettent à chacun d’apprendre ce qu’il souhaite à son rythme dans un langage simple et accessible. La collection « Pour les nuls » a cet objectif et le remplit parfaitement bien. Les concepts sont expliqués en langage clair, et le lecteur est invité à intégrer ce qu’il est en train d’apprendre par des exercices pratiques. Comme dit le proverbe « c’est en forgeant qu’on devient forgeron. »

Et en même temps, c’est une « position haute », celle du sachant qui partage ses connaissances. Et cela présuppose également un niveau élevé d’implication de la part du lecteur pour intégrer ce qu’il apprend. C’est pour cette raison que j’ai envie de vous parler d’une autre forme de vulgarisation que j’affectionne particulièrement c’est la « fiction apprenante », qui vous fait ressentir, voyager, voir et entendre une expérience apprenante avec plus de légèreté.

Le travail de Laurent Gounelle à ce titre est absolument brillant. Il parvient dans un récit fictionnel à mixer une intrigue et à incorporer des outils de coaching par petites touches. Le lecteur peut s’identifier au personnage et nourrir sa propre réflexion sur le mode « et si je faisais comme si j’étais ce personnage ». Ce qui dans le jargon de la PNL est le cadre du « comme si ».

Le cadre du « comme si » est le cadre préféré des enfants qui l’utilisent spontanément. « On va faire comme si j’étais le gentil et toi le bandit. » Le « comme si » est le cadre de l’imagination et de la créativité : une invitation à élargir sa zone de confort de façon ludique et très efficace.

Ce type de roman labellisé aujourd’hui sous l’étiquette « développement personnel » ou « feel-good » selon les éditeurs poursuit une tradition littéraire plus ancienne celle du roman d’apprentissage, ou encore le voyage du héros, où le protagoniste est amené à vivre des expériences fortes dans son environnement pour apprendre à se découvrir lui-même. Et c’est souvent le voyage le plus difficile à faire : arriver à bien se connaître, avoir confiance en soi, se libérer de croyances limitantes, booster sa motivation pour utiliser son plein potentiel, atteindre ses objectifs,  donner un sens à son existence et savoir dans quelle direction on veut aller.

Chaque livre de Laurent Gounelle peut se lire indépendamment des autres. A ce jour il en a publié 4 :

  • « L’homme qui voulait être heureux »
  • « Les dieux voyagent toujours incognito »
  • « Le philosophe qui n’était pas sage »
  • « Le jour où j’ai appris à vivre ».

Ma préférence va à « Les dieux voyagent toujours incognito » et « Le jour où j’ai appris à vivre ». Chacun met en scène un personnage qui connait un moment de crise dans sa vie, où il ne trouve plus de sens à ce qu’il fait. Un évènement clef sera le déclencheur d’une prise de conscience «soudaine» qu’il est temps pour ce héros de changer quelque chose dans sa vie. Un mentor l’aidera, souvent de façon originale (et très inspirée du coaching PNL), à cheminer vers la meilleure version de lui-même.

Si vous avez envie de voir le monde autrement tout en vous divertissant, je vous invite à découvrir l’univers de Laurent Gounelle dans toutes les bonnes librairies en ville ou en ligne.

Et si vous avez envie d’aller plus loin dans votre développement personnel ou professionnel, voici des ressources gratuites pour vous aider à cheminer à votre rythme.

Cliquez sur l’image du cahier pratique qui vous intéresse et laissez-vous guider pour accéder à ces ressources que j’ai créées pour vous.

Nadège